La finance participative décrit un regroupement de transactions venant d’un grand nombre de personne dans le but de financer un projet.
Ce type de financement existait avant l’arrivée d’internet, mais le web a permis de mettre en relation des personnes venant du monde entier, une aubaine pour les porteurs de projet !
De plus, le crowdfunding se fait sans l’aide des acteurs traditionnels du financement, les porteurs de projet sont directement en relation avec le grand public composés la plupart du temps de futur consommateurs.

Comment ça marche ?

Comme dit plus tôt, il n’y a que deux acteurs lors d’une campagne de crowdfunding :

  • Le prêteur, donateur, financeur, épargnant… en clair le grand public. Il va placer son argent dans un projet qui lui tient à cœur.
  • Le porteur de projet qui ne souhaite pas faire appel à un crédit bancaire pour financer son projet.

La plateforme de crowdfunding met en relation ces deux acteurs. Pour cela, le porteur de projet va rédiger une description de ses besoins et des résultats qu’il attend tout en mettant en avant les qualités de son projet pour inciter le grand public à l’aider financièrement. La plateforme de financement participatif va mettre en ligne le projet et démarrer la campagne de financement. Cette campagne a une durée fixe déterminée par le porteur de projet, des limites sont néanmoins imposées par les plateformes. Si le projet n’atteint pas le montant souhaité à la fin de la campagne, les financeurs sont remboursés.
La transparence est de mise, et les financeurs peuvent dans certains cas obtenir des avantages qui dépendent du projet qu’ils soutiennent.
Car en effet, il existe plusieurs modes de financement :

  • Le don, le porteur de projet reçoit les fonds de la part du grand public. Dans la plupart des cas, les plateformes de crowdfunding proposent un système de don contre don, c’est-à-dire que le porteur de projet va rémunérer les épargnants avec des contreparties en nature en rapport avec son projet.
  • Le prêt, le porteur de projet doit rembourser les fonds qu’il reçoit avec un taux d’intérêt qu’il fixe lui-même. Certaines plateformes imposent un taux, c’est le cas pour les plateformes de prêt à taux zéro.
  • L’investissement, ou la participation aux fonds propres, ou simplement l’equity. Les financeurs deviennent des associés de la société créée, ils reçoivent les dividendes ou les plus-values réalisées lors de la cession des titres.

Quelques règles s’ajoutent suite au décret du 16 septembre 2014 :

  • prêts avec intérêt : dans la limite de 1 000 € par prêteur et par projet, la durée du crédit ne pouvant être supérieure à 7 ans.
  • prêts sans intérêt : dans la limite de 4 000 € par prêteur et par projet.
  • le porteur de projet, quant à lui, ne pourra pas emprunter plus de 1 000 000 € par projet.

De plus, les plateformes de crowdfunding sont soumises à une réglementation bancaire et fiscale :

  • règles prudentielles : identification détaillée de l’épargnant (justificatifs d’identité et de domicile), contrôles anti-blanchiment, anti-terrorisme, etc.
  • règles de contrôle de la qualification des investisseurs car le financement participatif est considéré comme un investissement risqué.
Vous avez un projet? Contactez-nous!
bootstrap3-1170px_10

Avantages et inconvénients

Avantages

Un avantage majeur au crowdfunding est la visibilité. Tout le monde a accès à internet, donc tout le monde peut s’informer sur les projets en cours de financement. C’est un avantage marketing non négligeable pour les porteurs de projets qui, à la fin de la campagne de financement, possèdent déjà une petite communauté de consommateurs. Le contact humain joue beaucoup, les relations ne se basent pas que sur la recherche de profit.
De plus, beaucoup de plateformes de crowdfunding mettent en place des services comme du conseil, des outils de gestion ou tout simplement des forums d’échange avec la communauté, permettant de tester la faisabilité d’un projet.

Inconvénients

Les projets disposant déjà d’une communauté n’ont pas vraiment d’avantage à aller chercher l’aide d’une plateforme de crowdfunding. Le seul inconvénient intervient dans ce cas particulier, car les plateformes prennent un pourcentage de la somme récoltée pour se rémunérer, ce qui peut être évité si les proches du porteur de projet peuvent déjà financer l’intégralité de celui-ci.

Quelles sont les meilleures plateformes ?

Il n’y a pas de meilleure plateforme de crowdfunding à proprement parler. Pour se différencier, les sites se spécialisent. Ainsi certaines plateformes se veulent généralistes mais n’acceptent que les projets innovants, d’autre se tourneront vers les projets éco-responsables, sur les micro-crédits, les opérations de prêts… Nous sommes là pour vous aider à trouver la plateforme la plus adaptée à votre projet !
Retrouvez dans la rubrique Les Acteurs de notre site les tableaux non-exhaustifs des différentes plateformes françaises classées par leur mode de fonctionnement. Si vous voulez plus d’informations, vous pouvez consulter d’autres sites informatifs, ou contactez-nous.